vendredi 6 novembre 2009

Eole ou Pluton

De ce titre qui sentait bon le latiniste nostalgique, Greenpeace avait intitulé il y a environ dix ans un rapport censé montrer les avantages indéniables de la production éolienne par rapport à la production nucléaire.

Les évènements récents semblent donner quatre fois raison à Greenpeace qui exulte sur toutes les ondes radio :
- l'EPR est en carafe, l'Autorité de Sureté Nucléaire ayant conclut que "compte-tenu de l'ampleur et de la complexité des démonstrations restant à fournir pour justifier le respect de ces principes, l'ASN estime que la certitude d'aboutir in fine à une démonstration de sûreté acceptable fondée sur l'architecture actuellement prévue n'est pas acquise", il est donc fort à craindre que l'EPR prenne un retard important ;
- la disponibilité du parc en exploitation est très mauvaise et les prix de gros en France explosent ;
- pendant ce temps, les prix en Allemagne restent nettement plus bas qu'en France au point que, du fait de la production éolienne, les prix sont parfois négatifs ;
- et en Espagne, la production éolienne atteint aussi des sommets, sans que cela ne mette en péril le réseau.

Quant à moi, qui ne suis pas opposé au nucléaire que je considère comme un moindre mal nécessaire, je ne peux que trouver la situation inquiétante : à force de décrier l'éolien, de ne pas investir suffisamment dans les hommes et les moyens du nucléaire, on se retrouve dans une situation grave où l'on peut donner l'impression que l'éolien est une alternative au nucléaire alors que ces deux moyens devraient plutôt être complémentaires.


4 commentaires:

Eric citoyen a dit…

J'aime beaucoup ton article à cause du principe de mixénergitique que tu valorises.

La différence c'est que pour moi il ne devra pas y avoir d'énergies polluantes dans le mix.

Pour moi le nucléaire n'est pas un moindre mal c'est un désastre pour des millénaires .

@ +

Bésitos

Anonyme a dit…

Bon article résumant bien la situation! Il nous faut un mix énergétique, nous avons, français la facheuse habitude de concevoir les choses de manière monoénergétique.
Chaque énergie a ses inconvénients et ses atouts. Le nucléaire on l'a déjà, autant l'utiliser à bon escient désormais mais pensons déjà au fait qu'il faille bientôt s'en débarrasser...

N. a dit…

Sur un autre plan, celui de la sécurité d'approvisionnement, il est certain que si le mix énergétique et/ou le parc énergétique français était moins tributaire du nucléaire, le risque de rupture d'approvisionnement en période de grand froid ne se poserait pas avec autant d'acuité.Et les prévisions de RTE seraient moins alarmantes.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.