lundi 9 novembre 2009

Eole ou Pluton : suite

S'il est un point sur lequel pro-nucléaires et anti-nucléaires sont à peu près à égalité c'est bien l'art de manipuler les chiffres. Dans un récent billet éponyme j'évoquais le rapport commandité en 2003 par Greenpeace intitulé "Eole ou Pluton" (je crois qu'il y avait une version antérieure, vers 2001, mais je n'en ai pas retrouvé trace sur le web).

Dans ce rapport, Greenpeace estimait le coût de l'éolien à 42,6 €/MWh (pour un taux d'actualisation de 8%) et le coût du nucléaire à 64,9 €/MWh.

A la même époque, mais avec des hypothèses équivalentes, le gouvernement estimait dans ses coûts de référence le coût du nucléaire à 28,4 €/MWh et le coût de l'éolien à 51,5 €/MWh.

En gros, selon Greenpeace, le nucléaire était 50% plus cher que l'éolien, et selon le gouvernement (et EDF, qui était en gros d'accord) l'éolien coûtait 80% plus cher que le nucléaire.

Mais le deux ont fait des efforts l'un vers l'autre. Car une fois qu'ils ont respectivement convaincu les gouvernements d'aider l'éolien d'une part et de relancer le nucléaire d'autre part, chacun a su expliquer que sa filière préférée n'était pas si peu chère que cela.

C'est ainsi que les écologistes ont su convaincre le gouvernement qu'il fallait imposer à EDF d'acheter l'énergie éolienne à plus de 80 €/MWh (soit deux fois plus que le coût estimé par Greenpeace en 2003) et qu'EDF déclare maintenant que le coût de l'EPR (qui devrait, selon elle, servir de référence aux tarifs réglementés de vente) serait compris entre 54 et 60 €/MWh (soit deux fois plus que le coût estimé par le Gouvernement en 2003).

En attendant, c'est le client final qui paie pour financer tout cela.

7 commentaires:

demarcroix a dit…

Bonjour!
Lecteur régulier de votre Blog, où l'on trouve beaucoup d'informations argumentées (et non d'opinions gratuites), je tenais à préciser que votre comparaison entre nucléaire et électricité éolienne est faussée.
En effet, dans le cas de l'éolien, vous ne comptabilisez qu'une partie des coûts, puisqu'une éolienne ne fonctionne qu'1/3 du temps...
Il faut donc rajouter les coûts liés à des centrales électriques qui vont immédiatement prendre la suite en cas d'arrêt des éolienne (en pratique: thermiques).
Voir à ce propos le lien suivant, édifiant (sur l'impact en termes de CO2 des éoliennes, même si ici on utilise des biogas...):
http://www.lichtblick.de/h/idee_302.php
Il s'agit d'un producteur d'électricité allemand qui a imaginé un système de cogénération basé dans la cave des particuliers pour prendre la suite en cas de panne de vent (ou trop de vent).
Pour information.

Anonyme a dit…

On n'a qu'à dire que c'est parce que ce sont des €2001.
Ah bon, ça ne suffit pas à expliquer la différence ?

Tristram a dit…

En ce qui concerne le prix de l'éolien, les 42€, c'est le prix à long terme lorsque toute l'industrie sera bien développée ?
Le prix actuel de 80€ n'est-il pas en effet juste fixé pendant quelques années pour aider à la filière de se lancer.

Non seulement on joue avec les chiffres, mais aussi avec les années;)

Terminalix a dit…

Normalement, 1 MW éolien doit être compensable par 1 MW d'une autre énergie...

Car ça doit être sacrément difficile de prévoir et gérer un réseau électrique dont la fiabilité repose sur du vent, au sens strict du terme :)

4E a dit…

@demarcroix
Mon billet ne parle que des coûts au kWh. Ce que vous écrivez est juste : les kWh "nucléaires" ou "éolien" ne sont pas forcément comparables (principalement car la production nucléaire est décidée par le producteur tandis que l'éolien non). Cela appelle deux questions principales :
- peut-on considérer que l'éolien est "présent" à la pointe du système et en quelle proportion ?
- quels sont les moyens complémentaires à mettre en oeuvre en cas de manque de vent ?
A la première question, RTE répond maintenant que l'éolien est présent à la pointe comme il est présent en moyenne (en gros 25% de la capacité nominale). La réponse à la seconde question dépend du mix énergétique du pays (si on est nucléaire-hydraulique, on peut montrer que c'est effectivement bénéfique en CO2, il y a débat dans les pays comme l'Allemagne où le charbon est prépondérant : d'un point de vue CO2, il peut être préférable de produire à partir de cycle combiné gaz qu'à partir d'un mix éolien / charbon). Il faudrait que j'écrive un billet sur ce thème.

@Anonyme de 16:51
Je n'étais pas entré dans cette subtilité inutile en effet au vu des chiffres...

@Tristram
il me semble que l'industrie est bien développée maintenant et le prix reste très élevé y compris pour les nouvelles éoliennes. Les tarifs sont de 85,6 €/MWh pendant les 10 premières années et ne baissent à partir de la dizième année que pour les éoliennes à plus de 2400 heures (ce qui n'est pas la majorité).

@Terminalix
Cf ma réponse à demarcroix.

Tristram a dit…

Merci pour la réponse.
Cependant mon commentaire était pour jouer sur les mots coûts et prix:

EdF dit que l'EPR lui coutera au moins 50€/MWh. Le prix de vente sera nécessairement supérieur.
Les écolo on convaincu l'état que l'éolien coûte au plus 85€/MWh (à ce prix là, les gens sont prêts à investir). Le coût est donc nécessairement inférieur.

Après bien évidemment ça n'empêche pas à l'EPR de vendre 51€/MWh et l'éolien de coûter 84€ ;)

J'en profite pour vous remercier pour le blog que je suis avec intérêt.

Chelya a dit…

Si je peux me permettre vous comparez des choux et des carottes : c'est à dire un cout de production l'électricité et un tarif de rachat. Le tarif de rachat de l'éolien comprend les couts de R&D, les couts de transmission (l'éolien paie des équipements qui vont être propriété de ERDF), les couts d'études environnementales, les subventions aux zones rurales (regardez une nouvelle fois les textes européens, l'éolien est également là pour combattre l'exode rural en amenant des nouvelles ressources économiques), les couts de formation sur un nouveau métier de l'énergie, etc.

Donc si vous voulez comparer le cout de production éolien avec le cout de production nucléaire il faut prendre les mêmes hypothèses, c'est ce qu'ont fait les gens de Lazarre ( http://www.narucmeetings.org/Presentations/2008%20EMP%20Levelized%20Cost%20of%20Energy%20-%20Master%20June%202008%20(2).pdf ) qui trouve un cout de production du MWh de 33 à 69 € pour l'éolien contre 73 à 94 € pour le nucléaire.