samedi 14 mars 2009

Gaz : une baisse des prix très insuffisante


Suez Gaz de France a annoncé, le 5 mars, "des résultats en forte progression et des objectifs dépassés". Ces bons résultats s'expliquent en particulier par une baisse significative des prix du pétrole sur la seconde partie de l'année alors que les tarifs de vente pendant la période d'hiver ont été maintenus à un niveau élevé.
En effet, depuis la date de la dernière hausse des prix réglementés du gaz, en Août 2008, les cours du pétrole sur lesquels sont théoriquement indexés le gaz naturel ont baissé de 62% en dollar et de 55% en euros. On pouvait donc s'attendre à une baisse très forte des prix du gaz.
Gaz de France nous dira que ce n'est pas si simple, car les prix réglementés du gaz que nous payons tous comprennent aussi le coût de l'acheminement (les "tuyaux") et ne sont pas directement indexés sur les cours "spot" du pétrole.

Or, la formule d'indexation (qui permet de relier l'évolution des prix du pétrole à celle des prix réglementés du gaz) est publiée sur le site du ministère chargé de l'énergie, et je me suis donc livré à l'évaluation de ce qu'aurait du être l'évolution des prix du gaz. Ainsi l'index pertinent pour fixer les prix du gaz au 1er avril correspond à la moyenne de septembre 2008 à février 2009 des prix du baril de pétrole (exprimés en euros). Cet index vaut 43,22 €/baril. L'index pertinent pour fixer les prix du gaz en août 2008 correspondait à la même moyenne sur la période allant de janvier à juin 2008. Il était 71,21 €/baril. Cet index a donc baissé de 40% depuis la dernière hausse des prix du gaz.

Le coût d’approvisionnement du gaz matière (la « molécule », dans le jargon) représente 50% des coûts de fourniture, le reste des coûts représentant l’acheminement et les coûts de commercialisation. La baisse de 40% du coût d’approvisionnement aurait du ainsi conduire à une baisse de 20% des prix finaux.

Il y a une autre manière de s’en convaincre : j'ai calculé ainsi, à chaque date de hausse ou de baisse des prix la valeur de l'index retenu par Gaz de France. Cela donne le graphique ci-dessus : il confirme clairement que les prix proposés par le ministère et Gaz de France Suez sont d'environ 10% supérieurs à ce qui résulterait de la formule d'indexation publiée sur le site du ministère.

Autrement dit, les prix du gaz devraient normalement baisser de 20% au 1er Avril et non de 10% comme annoncé par M. Fillon. Comme le dit si bien Gaz de France Suez, les objectifs sont "dépassés".

4 commentaires:

Disparitus a dit…

Nous pourrions souligner aussi qu'à l'imperfection mathématique s'ajoute l'attitude méprisante qui consiste à proposer cette modification tarifaire à l'arrivée du printemps, quand les chaudières s'éteignent ! Les esprits ne cesseront pourtant pas de s'échauffer...

Epouse de l'homme en voie de disparition

Disparitus a dit…

Un renouveau marketing indéniable provenant d'une expertise de mise en forme des contenus qui rappellent de grands professionnels qui ne viennent pas des tubes entubés ni des tolles ondulés mais de l'écriture !

Anonyme a dit…

le CE cgt de GDF est intéressé par votre réflexion.

pouvez vous nous contacter au siège de GDF / Suez en passant par le standard ?

Merci

4E a dit…

Cher anonyme du CE de GDF. Je suis très intéressé par votre suggestion, mais n'y a-t-il pas un numéro direct où joindre le CE ?